Ceci est une revue de mon expérience, ce qui suit n’est donc pas une vérité absolue et ne reste que mon avis personnel !

C’est un aperçu de la rééducation périnéale dans le monde. Je ne dis certainement pas que nous, européennes, avons la vérité. Il est au contraire toujours bon d’aller voir ailleurs comment cela se passe !

En tant que kiné Française (détail de mon parcours professionnel ici), j’ai eu la chance de voir le périnée comme un “cours comme les autres

En effet, au cours des études de kinésithérapie en France, la rééducation périnéale est un module à part entière comme la rééducation à la marche ou les entorses.

Rien n’est tabou ! Les travaux pratiques existent également dans ce module et un stage dans un service d’urologie ou de maternité est très fortement conseillé.

Et tout le monde le sait, comme je l’ai souvent entendu “Vous les françaises vous travaillez votre périnée tout le temps”. Nombre d’article plus ou moins ironique ou intéressé ont été écris dans de nombreux pays à ce sujet.

Je vais donc commencer par vous parler de la rééducation périnéale en Europe. Mais ce sera une Europe réduite (France, Belgique, Espagne, Allemagne) qui n’inclue pas l’Angleterre par exemple (il faudra que j’écrive un article sur les différences France-Angleterre a ce propos !).

Bref, trêve de bavardage ! Voyageons !

 Pelvic-floor-rehabilitation-in-europe

En Europe, tout d’abord, nous voyons le périnée comme partie intégrante d’un tout. C’est à dire que la rééducation du périnée est une rééducation qui se veut globale.

Je rappelle que le périnée est l’ensemble des muscles qui se situent en hamac entre les abdos et le sacrum (allez jeter un coup d’oeïl sur l’article de l’anatomie du périnée pour vous y retrouver).

Il peut donc paraitre étrange d’inclure l’étage abdominal, lombaire, thoracique, nasal et cérébral à cette rééducation du périnée.

Evidement, notre rééducation inclura la plupart du temps un examen périnéal afin de voir les lésions, la force et l’endurance, le tonus de celui ci mais également le ressenti de la patiente face a son périnée et ces automatismes.

Nous verrons également l’intégration du périnée dans le bassin et l’équilibre de celui ci.

Depuis une vingtaine d’années, nous avons enfin reconnus l’influence du travail abdominal sur le périnée et l’importance de limiter les mauvaises poussées. D’ou l’apparition de nombreuses technique hypopressives, non génératrice de pression, recréatrice de bons automatismes abdominales.

Les sit ups , obliques,… ont été abandonnés au profit de technique plus physiologique qui intègrent la respiration, la prise en charge des lombaires.

Pour finir notre rééducation « européenne » fait intervenir l’automatisation et le travail de la posture, des bons automatismes intégrées a la vie réelles.

Pelvic floor rehabilitation in china

Changeons de continent et allons voir, comment la médecine chinoise intègre le périnée.

La médecine chinoise, s’appuie sur un travail des méridiens. Le périnée sera donc travaillé à distance.

De plus, en médecine chinoise il existe un lien entre vessie et intestin grêle : lorsque la fonction de celui ci se dégrade, les chinois considèrent qu’il pèse une tonne sur la vessie et favorise les dysfonctions.

L’amélioration de l’intestin permettra donc une amélioration de la vessie.

La rééducation de la sphère génito-urinaire sera réalisée par l’intermédiaire des méridiens à travers des massages, mobilisations, pression digitales et acupuncture.

Il existe une rééducation dite médiation skino-cinetique intégrant notre rééducation européenne et la rééducation chinoise.

C’est un mix intéressant et complet, prenant le corps dans son ensemble.

Pelvic floor rehabilitation in India

Restons près de la chine mais allons voir mon pays préféré, l’INDE !

Pays tellement beau mais tellement complexe, en général, en médecine encore plus et dans ce qui concerne la femme je n’en parle même pas !

Un des problèmes de l’Inde est la différence entre la majeure partie de la population qui est rurale et pauvre, et une minorité urbaine riche et pauvre.

Les femmes accouchent la plupart du temps à la maison sans sage femme. Selon l’OMS c’est le pays ou le nombre de femme mourant pendant la grossesse ou l’accouchement est le plus élevé.

La culture Indienne est très proche de la nature.

Il y a donc des traditions ancestrales de soin de la mère qui sont intéressantes :

– Pendant 12 jours après son accouchement, la mère profite d’une période de réclusion pour être purifier et retrouver bonne santé et bien être.

– Apres l’accouchement, le sage femme place des compresses de tissus propres recouverts de Curcuma et de sel sur la vulve pour arrêter le saignement.

– La femme bénéficiera de bains de décoction de feuilles de NEEM pour éviter l’infection

– Elle bénéficiera également de massage du ventre pour éviter l’hémorragie et des seins pour éviter l’engorgement de lait et les mastites.

Les Indiennes aisées vont bénéficier d’un système médicale moderne dans des centres privés a cout élevés incluant des cours de préparations a l’accouchement (yoga, massage, respiration méditation) et des cours de gym et yoga post natal. Ce qui soyons honnêtes et mieux que dans certains pays occidentaux.

L’Inde est belle mais complexe et très ambivalente sur la place des femmes. Il faut que je vous parle d’une expérience personnelle pour que vous compreniez. Il y a quelques années, j’ai été me faire faire un massage ayurvédique a Vârânasî (l’une des plus belles villes d’Inde à mon gout !). Les masseuses étaient évidement des femmes, recouvertes de sari pour cacher le majeur parti de leur corps, nous donnant des draps et serviettes à n’en plus finir pour couvrir également nos corps.

Bref, un ensemble très pudique. Conversation banale dans un premier temps puis au bout de quelques minutes, voilà notre masseuse qui discute avec nous et sa collègue de la meilleure façon de faire une fellation à son conjoint !

L’ambivalence de l’Inde… Tout le monde a déjà entendu parler des boules de Geisha, utilisée dans un but sexuel et parfois thérapeutique en Occident. Elles sont bien connues en Inde pour travailler la fermeté et le maintien des organes sexuels et renforcer son périnée.

Cet « outil » se transmet de mère en fille dans le but de garder un corps solide et de favoriser le « bien être » de son conjoint.

Pelvic floor rehabilitation in africa

Pour vous parler de l’Afrique, je vais reprendre les témoignages de mon amie Léonie, médecin généraliste, qui a pratiqué dans un service de gynécologie au Togo.

Les salles d’accouchement effraieraient même le moins hygiéniste, le taux de mortalité de la mère et l’enfant lors de l’accouchement atteint des sommets, les déchirures compliquées ou fistules (allant jusqu’à l’anus )et l’utilisation de matériel type forceps sont communs.

Les conséquences de l’accouchement sont terribles et même dans des pays (Tunisie, Maroc) ou la rééducation est pratiquée, les plus chanceuses auront de l’électrostimulation mais pas de prise en charge globale, adaptée et spécifique.

Je ne vous parle pas des traumatismes périnéaux déjà présents avant l’accouchement (lacérations, mutilations, excisions) ne faisant évidement qu’alourdir les conséquences de celui ci.

J’ai eu la chance de connaître « gynécologie sans frontière » et leurs missions dans mon expérience de kinésithérapeute et si ce sujet vous intéresse, je vous conseil de jeter un œil a leurs rapports.

Grace a eux et handicap international (et probablement d’autres ONG), des réparations chirurgicales, de la prévention pour diminuer les grossesses pubères, de la rééducation avant et après chirurgie obstétricales commencent a être mises en place.

Voilà c’est un tour global du monde et il y a pleins de cultures non citées et probablement tout aussi intéressante mais mon article serait trop long.

Vous l’aurez compris c’est un sujet qui me passionne !
Si grâce à votre expérience vous avez des informations pour compléter cet article, n’hésitez surtout pas à m’en faire part !

Facebooktwittermail