Soins de la Femme

 

 Quelles sont ces douleurs ?

Elles relèvent d’un dysfonctionnement musculaire par hypertonie (périnée hypertonique : « trop » tonique)

  • Dyspareunie : une douleur de nature et d’intensité variables ressentie chez la femme ou l’homme lors des rapports sexuels. Cela inclus plusieurs types de douleurs:
  • Vulvodynie (syndrome vulvaire) : Un inconfort vulvaire qui persiste plus de 3 mois, sans raison susceptible de l’expliquer
  • Vaginisme (vaginismus) : contraction musculaire prolongée ou récurrente des muscles du plancher pelvien qui entourent l’ouverture du vagin. Cette action réflexe, involontaire et incontrôlable, empêche de façon persistante toute pénétration vaginale désirée, même par un doigt ou un tampon hygiénique quand le vaginisme est total, il peut être également partiel ou situationnel lorsque la contraction ne se produit que dans certaines tentatives de pénétration (pénétration du pénis notamment)
  • Vestibulodynie (vestibulitis syndrome): douleurs occasionnées au toucher du vestibule (membrane entre les petites lèvres qui entoure l’entrée du vagin). Ces douleurs s’apparentent souvent à une sensation de brûlure, voire de déchirure au moment où il y a une pression (pénétration vaginale, insertion d’un tampon, examen gynécologique, promenade en vélo, etc.) sur la vulve et l’entrée du vagin.
  • Névralgie pudendale (pudendal neuralgia): douleur neuropathique (brulure, décharge électrique, ect.) entre les organes génitaux et l’anus.
  • Cystite interstitielle (vessie douloureuse chronique) : maladie méconnue et souvent mal diagnostiquée qui touche la vessie, la région pelvienne et le méat urinaire. La paroi de la vessie est normalement recouverte d’une couche de protection qui fait écran entre l’urine et le tissu de la vessie. Avec l’IC, la paroi de protection de la vessie s’amincie. Ainsi l’acidité de l’urée contenue dans l’urine donne un sentiment de brûlure dans les régions vésicales et pelviennes
  • Syndrome du colon irritable (Irritable bowel syndrome (IBS), or spastic colon) : trouble fréquent de l’intestin causant des douleurs abdominales, accompagnées de constipation, diarrhée, ou une alternance des deux.

Quelles sont les causes ?

Traumatismes de la vie courante :

  • fractures locales ou à distance du périnée
  • entorse, luxation
  • accouchement, sports extrêmes

Ceux ci pouvant entrainer des spasmes musculaires créant un terrain de prédisposition et pouvant flamber à tous moments sous l’influence d un facteur externe (stress, autres évènements de la vie courante,)

  • certaines chirurgies
  • ablation d’hémorroïdes, fissures ou fistules anales (ulcères), pose de bandelettes sous urétrales
  • accouchement avec ou sans complication
  • La sexualité : Abus sexuel entrainant un réaction de défense et donc de fermeture au niveau périnéale avec un blocage musculaire correspondant.
  • Aspect Psychosomatique: L’état de tension et de contraction du corps résultant du stress de la vie quotidienne aura un impact sur l’état de tension du périnée.

Traitements

 

Description

Les évènements de la vie féminine (accouchement plus ou moins traumatisant, cancer, radiation, ménopause, prise de poids) associés à la vie féminine active (sport de plus ne plus violent tels que jogging, zumba, tennis,… port de talons, port de charge lourde) et au changement des mœurs (tabagisme, augmentation de la consommation d’alcool,) entrainent des modifications corporelles donnant des problèmes urinaires tels que :

urine leakage

urine leakage

  • Dysurie avec résidus post-mictionnels: La dysurie est la difficulté à l’évacuation de la vessie, sans tenir compte de la douleur qui peut être associée. Elle est souvent méconnue car indolore et d’installation progressive. Une miction dysurique est souvent suivie de fuites urinaires au moment de la mise en position debout
  • Impériosité ou urgence: L’impériosité mictionnelle (ou urgence), ou miction impérieuse est la survenue d’un besoin urgent, soudain et irrésistible d’uriner.
  • L’incontinence urinaire par impériosités correspond à des fuites urinaires, involontaires, précédées d’un besoin impérieux et irrépressible d’uriner, pouvant aboutir à une miction complète. Cette incontinence est liée à une contraction vésicale non volontaire et indépendante des efforts. On parle alors de vessie instable ou hyperactive. Elle peut se retrouver dans certaines situations, correspondant alors à des mictions réflexes (fou-rire, peur, orgasme).
  • Incontinence urinaire d’effort : 30 à 50% des femmes en souffrent, le risque augmente avec la multiparité, l’âge ou si il y a des signes d’incontinence dès les 3 premiers mois de grossesse. Il s’agit de fuites involontaires d’urines, non précédées d’un besoin d’uriner et survenant lors d’efforts tels que éternuement, rire, toux, port de charge, changement de position. Dans les cas extrêmes, ce type d’incontinence peut également se rencontrer pour des efforts simples tels que la marche. Elle est provoquée par une augmentation brutale de la pression abdominale et entraine l’existence de fuites par le biais d’une hyper-mobilité du canal urétral (canal permettant d’uriner) ou d’une insuffisance sphinctérienne (faiblesse de l’appareillage musculaire entourant l’urètre).
  • L’incontinence urinaire mixte : il s’agit alors d’une association des deux autres types d’incontinence urinaire.

 

 

 

 

Une femme sur trois après 50 ans présente un prolapsus le plus souvent peu important et sans symptômes. En revanche, les prolapsus s’aggravent et deviennent symptomatiques, en particulier après 60 ans. Les femmes décrivent une boule vaginale, la sensation de quelque chose qui descend et/ou une pesanteur.

anal leakage

pain

pain

Qu’elle est la définition d’un prolapsus ?

On parle donc de prolapsus génito-urinaire lorsqu’il y a un glissement vers le bas, transitoire ou permanent, d’un ou plusieurs organes pelviens (situés dans le bassin). Ceux-ci appuient et déforment la paroi vaginale, jusqu’à créer une poussée sur le périnée (sorte de boule au niveau du vagin), voir sortir au niveau du vagin.

Ces organes pelviens sont :

  • la vessie (on parle alors de cystocèle) ;
  • l’utérus (hystérocèle) ;
  • et plus rarement le rectum (rectocèle).

Quels sont les facteurs favorisants un prolapsus ?

Les facteurs favorisant ces prolapsus seront donc ;

  • tous les changements hormonaux (grossesse, ménopause) fragilisant les ligaments de suspension
  • Les traumatismes obstétricaux tels que l’accouchement qui est une pousse violente et prolongée vers le bas, créant un étirement des ligaments
  • les chirurgies telles que l’hystérectomie
  • L’augmentation de la pression intra abdominale via la pratique d’un sport intensif, les « mauvais » abdominaux, la toux chronique, la constipation,..
  • La prise de poids rapide et importante

Quels sont les traitements ? Comment les prevenir ?

abdominal rehabilitation

Tout au long de la grossesse, votre ventre et plus spécifiquement les muscles de l’abdomen sont plus faibles et étirés, créant de la place pour le bébé.

Si les muscles abdominaux (les tablettes de chocolats) sont trop forts avant le début de la grossesse ou que le bébé se développe rapidement (faisant grossir le ventre très rapidement), la ligne blanche (ligne située entre les muscles grands droits de l’abdomen ou « tablettes de chocolats ») se déchire créant un trou sur la lige reliant les côtes à la symphyse pubienne qui passe par le nombril.

En temps normal, un autre des muscles abdominaux, le transverse de l’abdomen, se contracterait pour venir faire une ceinture et fermer ce trou.

Malheureusement avec l’expansion du ventre au cours de la grossesse, il s’affaiblit et perd ses capacités de fermeture.

On appelle ca un diastasis.

Si vous accouchez par césarienne, les tissus cicatriciels sont une autre cause de faiblesse et manque de contrôle du transverse de l’abdomen en post natal, empêchant la fermeture du diastasis.

 

Vous l’aurez compris, le transverse de l’abdomen est le muscle clé pour « réparer » le diastasis ! Il va donc falloir le rééduquer afin que vous retrouviez un bon contrôle et des bonnes sensations de contraction du muscle.

Non seulement, il est la ceinture qui ferme le diastasis mais il va également protéger le périnée en limitant la pression s’exerçant sur ce dernier, soutenir les viscères de l’abdomen et ainsi permettre d’éviter l’incontinence et les prolapsus.

 

La rééducation abdominale peut commencer quelques jours après la naissance mais évidement à chaque étape sa rééducation !

 

Les 1ers jours

Dans les jours qui suivent l’accouchement, le but est de redonner un peu de mobilité à la zone abdominale qui a été traumatisée pendant 9 mois ainsi que les protéger elle et le périnée des pressions trop fortes.

 

La première chose à faire est d’apprendre à respirer en protégeant.

Cette respiration est reprise dans le concept de rééducation ABDO MG.

 

A partir de J-40

Lorsque le diastasis est enfin fermé (on considère sa fermeture lorsqu’il reste moins d’un doigt d’écart entre les tablettes de chocolat), il est possible de commencer une rééducation abdominale spécifique.

Mais alors vous allez me demander quels exercices vous pouvez faire ?

Facile ! Des exercices abdominaux hypopressifs.

Dans tous les cas, avant de commencer une rééducation, le kiné évaluera votre état de récupération post natal en examinant les articulations (bassin, hanche. Cote, sacrum.), leur fermeture ainsi que le diastasis et la force des muscles du périnée.

Si vous avez accouché par césarienne, il faudra également vérifier les tissus cicatriciels et rompre les adhérences s’il y en a.

 

abdominal regibilitation

 

 

 Description

La cellulite est un amas de tissus adipeux (cellule graisseuse) se logeant sous la peau. Elle donne à celle-ci un aspect granuleux, bosselée bien souvent disgracieux.

Située la plupart du temps sur le côté et l’arrière des cuisses, on peut également en retrouver au dessus du genoux et a l’intérieur des cuisses.

Ses causes sont multifactorielles et nous ne les connaissons pas toutes mais les hormones sexuelles féminines, l’hérédité, le manque d’exercice physique et l’alimentation influencent son apparition.

Les cellules graisseuses plus profondes peuvent être aspirées par la liposuccion ou disparaitre lors d’une reprise d’exercice physique mais les cellules adipeuses, elles, restent

Bien Souvent, la perte d’élasticité de la peau et la rétention d’eau associée à la cellulite sont les aspects esthétiques que nous détestons et qui sont très facilement diminués par le palper rouler associé au drainage.

Il faut savoir que nous avons toutes des cellules celluliteuses donc elles ne disparaitront jamais mais peuvent être réduites et redonner a la peau un aspect lisse.

 

lymphatic massage

 

 

Restons en contact.

Pour plus d’informations, ou pour réserver une séance, contactez nous :