Fragilité chez la personne agée

La fragilité est une situation fréquente chez les personnes de plus de 65 ans. Elle se caractérise par un manque d’adaptabilité et de capacité à récupérer d’un stress externe tel qu’une chirurgie, un traumatisme ou une maladie.

Une définition plus spécifique selon la Haute autorité de sante serait:

“La fragilité́ se définit par un syndrome clinique dans lequel trois ou davantage des critères suivants sont présents chez une personne d’un âge > ou = 65 ans :

  • perte non intentionnelle de poids (> 4,5kg dans l’année précédente)
  • épuisement ressenti par le patient
  • baisse de la force musculaire
  • vitesse de marche ralentie
  • bas niveau d’activité́ physique »

 

Elle est souvent associée à une diminution du tonus musculaire, des amplitudes articulaires limitées, un manque d’endurance et des problèmes moteurs ayant un impact négatif sur les autres systèmes (cardiaque, respiratoire,…).

Voici un exemple de cercles vicieux crées par la fragilité:

Une personne âgée avec un problème postural tel qu’une cyphose (se dit d’une personne pliée en 2) aura moins de mobilité au niveau de sa colonne et des ces côtes.

Ce manque de compliance au niveau de la cage thoracique réduira sa capacité respiratoire et donc son endurance. C’est pourquoi, il sera plus fatiguant pour cette personne de réaliser ses activités quotidiennes comme les escaliers ou la marche.

De plus, le plus fréquent et le plus négatif des effets de la fragilité est l’incapacité à récupérer après une chirurgie ou un traumatisme. On l’associe fréquemment à un syndrome post chute.

Heureusement, cette fragilité peut être prise en charge et les conséquences peuvent être prévenues par la rééducation.