Rupture du LCA (ligament croisé Antérieur)

A quoi servent les ligaments croisés ?

Il existe deux ligaments croisés dans le genou : un antérieur (LCA) et le second postérieur (LCP).

Ces deux ligaments se croisent d’avant en arrière et latéralement entre le fémur et le tibia. Leur rôle est de maintenir une bonne stabilité du genou notamment dans les mouvements dits de « tiroirs » (glissement du fémur sur le tibia d’avant en arrière et inversement) et dans les mouvements de torsions.

Ligament croisé antérieur Rupture pathologie et traitement

Lorsque l’un de ces ligaments se rompt cela entraine une instabilité du genou. Cette instabilité a comme conséquence de provoquer de l’appréhension à l’exécution de certains mouvements mais aussi des douleurs.

Une rupture d’un ligament croisé mal ou non soignée peut entrainer des ruptures plus grave dans le genou par la suite.

 

Comment se déchire un ligament croisé antérieur?

Le LCA est le ligament le plus souvent touché. C’est dans la majorité des cas lors d’activités sportives :

  • Mauvaise réception  sur un genou fléchi
  • Mouvement forcé sur un genou fléchi et en torsion
  • Mauvaise réception sur un genou en hyperextension
  • ou lors d’un choc direct sur le genou (ex : arts martiaux)

Il est plus rare de se rompre le LCP. Sa réputation lui vaut d’être deux fois plus robuste que le LCA. On le retrouvera plus souvent dans les AVP (accidents de la voie publique) lors d’un choc direct d’avant en arrière sur un genou fléchi (exemple : accident de voiture)  ou bien lors d’un mouvement d’hyperextension en charge.

 

Comment savoir si mon ligament croisé antérieur est rompu ?

Tout d’abord il y a quelques signes à chaud qui laisseront penser que le ligament peut être rompu :

  • Sensation de craquement
  • Douleur aigue
  • Gonflement du genou
  • Difficulté à se relever et à marcher

Si vous constatez ces signes, ou si vous avez le moindre doute, un kinésithérapeute pourra réaliser examen complet au cabinet de votre genou pour savoir quelles structures sont touchées et à quel degré de gravité.

Enfin, suite à notre examen, nous saurons s’ils faut vous orienter vers une imagerie médicale. C’est le moyen le plus fiable de confirmer notre diagnostic mais aussi de savoir si d’autres structures sont touchées.

Selon les résultats, nous discuterons ensemble de la meilleur marche à suivre pour votre rééducation.

 

L’opération chirurgicale est-elle obligatoire après une rupture d’un ligament croisé ?

Non, l’opération chirurgicale n’est pas obligatoire. Dans le cas de déchirures partielles, un traitement conservateur sera suffisant pour vivre normalement, sans gêne au quotidien et avec une activité sportive modérée.

Dans le cas d’une rupture totale du LCA, un traitement conservateur peut également suffire mais cela dépendra de plusieurs critères :

  • Votre âge
  • Type d’activité physique
  • Le rythme et l’intensité de cette activité
  • Vos projets à venir
  • Etc.

Nous discuterons ensemble et avec votre chirurgien de l’intérêt d’effectuer une opération.

 

Quels sont les traitements possibles ?

Il existe deux grandes possibilités de traitement: un traitement conservateur ou un traitement chirurgical.

Conservateur : la rééducation consistera majoritairement à renforcer la stabilité du genou par le biais d’exercices musculaires et proprioceptifs (= équilibre).

Chirurgical : Il existe différents types d’opérations chirurgicales, cela dépendra de votre chirurgien. Généralement, l’opération consiste à remplacer le ligament croisé par une partie des tendons musculaires situés en périphérie de votre genou.

Il est recommandé de commencer la rééducation avant l’opération pour améliorer la récupération post-opératoire. Les exercices permettront de maintenir ou de restaurer l’amplitude articulaire et la force musculaire.

Nous poursuivrons la rééducation de votre genou juste après l’opération.

Avec des objectifs progressifs en différents stades :

1ère phase :

  • Lutter contre l’œdème
  • Gagner en amplitude articulaire (flexion et extension)
  • Renforcer le quadriceps pour retrouver un verrouillage du genou lors de la marche.

2e phase :

  • Marche sans béquille
  • Renforcement général du genou progressive
  • Obtenir les amplitudes complètes

3e phase :

  • Reprise du sport progressive

Dans le cas d’une rupture du LCP, le traitement sera en général conservateur.

Lors d’une rupture du LCA, le traitement sera également conservateur surtout lors d’une rupture partielle, mais il pourra être aussi chirurgical.

L’utilisation d’exercices de renforcement avec instabilité est particulièrement utile dans la rééducation d’un ligament croisé antérieur. En voici un exemple:

Nous Contacter:

D'autres articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dapibus id id mattis ipsum consequat. mattis velit, diam Nullam luctus Praesent