Post Natal

Description

super-951187_1920

Il compreng generalement 2 séances :

  • Bilan bassin, périnée, abdominaux avec une kiné spécialisée:
    • Bilan Abdominal: vérification du diastasis (le trou entre les grands droits de l’abdomen) et apprentissage d’une contraction abdominale correcte
    • Bilan de la cicatrise de césarienne si présente et apprentissage du massage
    • Bilan de la cicatrise d’épisiotomie et apprentissage du massage cicatriciel
    • Bilan et apprentissage des bons automatismes: Lors de la toux, éternuement, fou rire
    • Bilan de l’incontinence et de la force / endurance des muscles périnéaux
  • Bilan Ostéopathique: Mobilité et positionnement correct des hanches et articulations du bassin, organes abdominaux et diaphragme

    Description

    urgency

    Entre le traumatisme de la grossesse et de l’accouchement, la sphère pelvi-perineo-urinaire a été bien abimée. Les conséquences sont multiples. On parle d’Instabilité vésicale: 13 à 26 % des femmes souffrent de problèmes urinaires après un accouchement pouvant se manifester par:

      • Dysurie avec résidus post-mictionnels: La dysurie est la difficulté à l’évacuation de la vessie, sans tenir compte de la douleur qui peut être associée. Elle est souvent méconnue car indolore et d’installation progressive. Une miction dysurique est souvent suivie de fuites urinaires au moment de la mise en position debout
    • Impériosité ou urgenturie: L’impériosité mictionnelle (ou urgenturie), ou miction impérieuse est la survenue d’un besoin urgent, soudain et irrésistible d’uriner.
      • L’incontinence urinaire par impériosités correspond à des fuites urinaires, involontaires, précédées d’un besoin impérieux et irrépressible d’uriner, pouvant aboutir à une miction complète. Cette incontinence est liée à une contraction vésicale non volontaire et indépendante des efforts. On parle alors de vessie instable ou hyperactive. Elle peut se retrouver dans certaines situations, correspondant alors à des mictions réflexes (fou-rire, peur, orgasme).
      • Incontinence urinaire d’effort : 30 à 50% des femmes en souffrent, le risque augmente avec multiparité, âge ou si il y a des signes d’incontinence dès les 3 premiers mois de grossesse. Il s’agit de fuites involontaires d’urines, non précédées d’un besoin d’uriner et survenant lors d’efforts tels que éternuement, rire, toux, port de charge, changement de position. Dans les cas extrêmes, ce type d’incontinence peut également se rencontrer pour des efforts simples tels que la marche. Elle est provoquée par une augmentation brutale de la pression abdominale et entraine l’existence de fuites par le biais d’une hyper-mobilité du canal urétral (canal permettant d’uriner) ou d’une insuffisance sphinctérienne (faiblesse de l’appareillage musculaire entourant l’urètre).
      • L’incontinence urinaire mixte : il s’agit alors d’une association des deux autres types d’incontinence urinaire.toilet-1033443_1280

    Description

    mother-767686_1920

    La continence anale est un méchanisme complexe. Et il existe 2 types d’incontinence anale:

    1. Faiblesse des muscles pelviens

    La nourriture que nous avalons est digerée dans notre estomac puis dans notre intestin pour enfin atteindre la derniere eétape sous forme de selles, le rectum.

    Ce dernier est fermé par 2 sphincters: le sphincter interne dont le controle est involontaire et le sphincter externe que nous controlons volontairement,

    Lorsque les selles arrivent dans le rectum, la paroi se distend envoyant un message au cerveau qui nous signale le besoin d’aller aux toilettes.

    Si cela n’est pas possible, une contraction volontaire de certains muscles pelviens (le muscle elevateur de l’anus) ainsi que du sphincter externe de l’anus nous permettent de repousser l’urgence.

    Après quelques instants, le sphincter interne se contracte également (mais involontairement) nous permettant de ne pas contracter volontairement en permanence jusqu’à avoir la possibilité d’aller a la selle.

    Lors d’un accouchement par voie basse avec épisiotomie ou dechirure, les muscles pelviens (voir le sphincter anal externe dans le cas d’une grosse dechirure) sont abimés, ne permettant plus ce controle volonatire.

    Dans ces cas là, le temps entre l’entrée des selles dans le rectum et l’urgence de le vidanger est tres raccourci, aboutissant a des fuites anales.

    1. Réduction ou augmentation du contenant

    Le rectum est une ampoule dont la capacité peut être facilement augmentée ou diminuée.

    Si celle ci est diminuée (dans les cas de rectite radique, recto-colite hémorragique, maladie de Crohn, infiltration de la paroi rectale par une tumeur, chirurgie rectale), le rectum ne pourra pas conserver les selles aussi longtemps et il faudra les éliminer plus régulièrement entrainant des urgences voir des fuites de matières.

    Si au contraire, la capacité est augmentée (chez les personnes constipées), la sensibilité du rectum va être diminuée et les selles vont s’accumuler dans le rectum et favoriser l’incontinence anale par regorgement

     

    Une femme sur trois après 50 ans présente un prolapsus le plus souvent peu important et sans symptômes. En revanche, les prolapsus s’aggravent et deviennent symptomatiques, en particulier après 60 ans. Les femmes décrivent une boule vaginale, la sensation de quelque chose qui descend et/ou une pesanteur.

    anal leakage

    pain

    pain

    Qu’elle est la définition d’un prolapsus ?

    On parle donc de prolapsus génito-urinaire lorsqu’il y a un glissement vers le bas, transitoire ou permanent, d’un ou plusieurs organes pelviens (situés dans le bassin). Ceux-ci appuient et déforment la paroi vaginale, jusqu’à créer une poussée sur le périnée (sorte de boule au niveau du vagin), voir sortir au niveau du vagin.

    Ces organes pelviens sont :

    • la vessie (on parle alors de cystocèle) ;
    • l’utérus (hystérocèle) ;
    • et plus rarement le rectum (rectocèle).

    Quels sont les facteurs favorisants un prolapsus ?

    Les facteurs favorisant ces prolapsus seront donc ;

    • tous les changements hormonaux (grossesse, ménopause) fragilisant les ligaments de suspension
    • Les traumatismes obstétricaux tels que l’accouchement qui est une pousse violente et prolongée vers le bas, créant un étirement des ligaments
    • les chirurgies telles que l’hystérectomie
    • L’augmentation de la pression intra abdominale via la pratique d’un sport intensif, les « mauvais » abdominaux, la toux chronique, la constipation,..
    • La prise de poids rapide et importante

    Quels sont les traitements ? Comment les prevenir ?

    Description

    women health

    Lors d’une chirurgie abdominale (césarienne, ablation de l’appendicite), le chirurgien coupe différents feuillets allant de la peau aux organes en passant par les muscles et fascias.

    Au cours de la cicatrisation, ces feuillets se referment complètement mais créent malheureusement parfois des tissus cicatriciels.

    Ces adhérences sont gênantes car empêchent le mouvement et la fonction normale des différents tissus.
    Par exemple, une adhérence entre muscle et organe va diminuer la capacité de contraction musculaire, créant une faiblesse voir des douleurs.

    Petit conseil en cas de cicatrise fraiche: Lorsque vous toussez, éternuez ou riez, soutenez votre ventre avec les 2 mains au niveau de la cicatrise. Cela vous évitera de tirer trop sur la cicatrise et protègera votre périnée.

    Description

    Durant toute la grossesse, le ventre se laisse étendre grâce au relâchement des muscles abdominaux.

    Lorsque ceux-ci sont trop forts avant la grossesse ou lorsque le ventre grossit trop rapidement, la ligne entre les grands droits abdominaux (ou tablettes de chocolats) se rompt créant un trou sur cette ligne situé au dessus et en dessous du nombril. On appelle ca un diastasis.

    Après la grossesse, si vous voulez savoir si vous avez un diastasis, il faut vous allonger sur le dos, genoux fléchis. Placez vos doigts, enfoncés légèrement sur la ligne reliant les côtes au pubis en passant par le nombril.

    Décoller la tète sans rentrer le ventre de façon à laisser votre ventre sortir. Si vos doigts se heurtent a un plancher dur, c’est qu’il n’y a pas de diastasis, si par contre vos doigts s’enfoncent, c’est que vous avez un diastasis.

    Attention ceci est un test mais ce n’est surtout pas à refaire plusieurs fois, au risque d’empirer votre diastasis.

    N’hésitez pas à demander l’avis d’un professionnel pour évaluer la gravité de votre diastasis et pour connaitre les traitements possible.

    women health

     

    Description

    Il existe un grand nombre de douleurs après l’accouchement, l’ensemble du corps ayant été chamboulé, traumatisé par la grossesse puis l’accouchement.

    • les douleurs ano-rectales, le plus souvent liées à une difficulté à évacuer les selles, feront l’objet d’une éducation de la posture de défécation,
    • Les douleurs sacro-coccygiennes et dorso-lombo-abdomino-pelvi-périnéales, sont la conséquence de « l’attitude caractéristique de la femme enceinte »: épaules enroulées, hyperlordose lombaire, projection de l’abdomen an avant, avec autour tout un cortège de douleurs accentuant ce repli sur soi.
    • Douleur liée au nerf pudendal : Elle est caractérisée par une douleur périnéale souvent unilatérale à type de brûlure avec parfois des douleurs a l’intérieur de l’anus aggravée en position assise, soulagée en position debout et qui disparaît en position allongée ; elle est parfois associée à une douleur autour de l’orifice vaginale.
    • Douleurs cicatricielles d’épisiotomie, ou de lâchage de points, à type de piqués, réveillées par la position assise et lors des rapports sexuels.
    • Douleurs au niveau du sphincter anal externe, lésions et déchirures du sphincter, épisiotomie large, douleurs à type de piqués, intenses, ponctuelles, réveillées à la défécation et parfois en position assise.
    • Douleurs de la sangle abdominale : ces sont ces douleurs cicatricielles sus pubiennes des césariennes liées au mouvement qui sont les plus intenses, mais le diastasis des Grands-droits persistant pour plus de la moitié des femmes entraîne une incompétence de la sangle abdominale et des douleurs aux mouvements de la vie quotidienne.

    pelvic pain

      pelvic floor rehabilitation

      C’est bien connu les femmes enceintes et les jeunes mamans sont constipées (vous pourrez trouver nombre de vidéos sur notre chaine you tube et d’article sur le blog parlant justement des causes et surtout de ce qu’il est possible de faire).

      Cela s’explique par plusieurs choses :

      Pendant la grossesse, l’imprégnation hormonale ralentit le transit créant une constipation au sein de l’intestin.

      Apres l’accouchement, du fait des cicatrises de césarienne, déchirure ou épisiotomie il est extrêmement douloureux d’aller a la selle, ce qui favorise une constipation dite terminale (les selles attendent patiemment dans le rectum).

      De même, durant la poussée de l’accouchement (ou en fin de grossesse du fait d’une circulation ralentie), des hémorroïdes se forment créant par la suite des selles douloureuses et donc une constipation dite terminale.

      Enfin, l’utérus grossissant pendant toute la grossesse, pousse le rectum en arrière créant un angle important avec l’anus et rendant la descente des selles longue et compliquée.

        Description

        swollen legs

        Tout au long de la grossesse, la circulation veineuse ramenant le sang des membres inferieurs vers le cœur est ralentie due à l’augmentation du diamètre des veines sous l’imprégnation hormonale.

        Le poids de l’utérus au sein de bassin ainsi que la prise de poids générale crée un blocage limitant la circulation.

        Ce manque de retour veineux va sur le long terme favoriser l’apparition de cellule adipeuse que l’on appelle communément “cellulite”

         

        Get In Touch.

        For more informations, or to book a session, feel free to contact us: